La Montagne - Météo ambertoise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Montagne - Météo ambertoise

Message  seon42 le Sam 25 Fév 2012 - 19:55

Deux articles parus récemment dans la Montagne sur les stations ambertoises :

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/puy-de-dome-local/2012/02/23/elle-ne-fait-peut-etre-pas-la-pluie-et-le-beau-temps-mais-bernadette-scrute-les-phenomenes-naturels-189614.html
http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/puy-de-dome-local/2012/02/14/la-station-dressee-a-laerodrome-du-poyet-a-enregistre-les-valeurs-les-plus-froides-de-son-histoire-176901.html

Elle ne fait peut-être pas la pluie et le beau temps, mais Bernadette scrute les phénomènes naturels


Installé au fond du jardin, le pluviomètre de Bernadette Chouvet est relevé chaque matin, à 7 heures.

La Montagne a écrit:Bernadette Chouvet est, à sa manière, la Miss Météo d’Ambert. Chaque jour, cette observatrice des éléments scrute le ciel et son pluviomètre.

C'est un rituel, immuable. Chaque matin, à 7 heures, Bernadette Chouvet est à son poste, au fond de son jardin. Ces jours derniers, elle a dû se frayer un chemin dans la neige pour accomplir sa mission, celle qu'elle remplit fidèlement depuis 40 ans. Et ce, par tous les temps et toutes les saisons, justement.

Bernadette Chouvet est l'observatrice de Météo-France pour la ville d'Ambert. Sa mission ? Effectuer des relevés quotidiens des précipitations, d'où la nécessité d'ouvrir grand les yeux en vérifiant le pluviomètre, chaque matin.

« Je dois aussi noter et rapporter sur une fiche chaque fois qu'il y a un orage, dès que j'entends le tonnerre au dessus d'Ambert », précise Bernadette. En résumé, elle est les yeux et les oreilles de l'organisme français de météorologie. Sa mémoire, aussi.

Méthodiquement, Bernadette consigne chaque signe du ciel sur un bloc. À la fin du mois, elle rapporte, « au propre », toutes ces notes sur un carnet fournit par Météo-France.

« Chaque bénévole doit indiquer, jour après jour, s'il a observé des phénomènes particuliers tels que brouillard, orage ou grêle. Et évidemment, indiquer la quantité de pluie ou de neige accumulée dans le pluviomètre qui nous est confié ».
Affiner des analyses

À l'inverse d'un journal intime qu'elle garderait pour elle seule, les observations contenues dans le rapport de Bernadette sont transmises aux analystes de Météo-France afin d'être rendues publiques au plus grand nombre. Mis en commun à l'échelle départementale puis nationale, ces relevés permettent d'affiner des analyses climatiques, précises, dont la société exprime de plus en plus le besoin. Un travail de l'ombre exigeant, mais aussi « déterminant » selon Météo-France. Et « captivant » selon ceux qui se plient à cette inlassable tâche.

Là où certains seraient peut-être lassés de cette routine, se sentiraient contraints ou embarrassés par la rigueur du relevé quotidien, Bernadette s'épanouit dans cette véritable mission de confiance.

Mieux encore, elle a communiqué le virus à son mari, Henri qui la soutient dans sa tâche. « Non, non, c'est elle la "pro", c'est elle qui fait tout » tente de corriger celui-ci.

« On se prend rapidement au jeu. Au départ, on m'avait confié cette étude, quand j'étais en activité, à l'école d'agriculture. C'est là qu'étaient relevées les précipitations. Je répondais bien au profil exigé par Météo-France : être disponible et effectuer le relevé à heure fixe. Ça ne m'a jamais paru compliqué ou contraignant. Alors j'ai naturellement continué de le faire. C'est devenu un réflexe, comme celui d'ouvrir les volets ou d'aller chercher le courrier », explique modestement Bernadette.

Aujourd'hui, elle n'y voit pas davantage une sujétion, ou un fil à la patte. « On ne se prive pas de partir et de prendre quelques jours pour voir nos enfants, par exemple ». Décidément communicative, la passion de l'observation des éléments semble avoir gagné le voisinage. « Quand on part, ce sont les voisins qui sont contents, puisque ce sont eux qui viennent nous remplacer et faire les relevés. C'est vraiment une activité à part : on se sent utile et investi d'une fonction non négligeable », réalise le couple.

Bien qu'ils ne participent pas à la prévision météorologique, les observateurs n'en demeurent pas moins des veilleurs essentiels, des relais précieux, sur les territoires. « C'est fondamental d'avoir une vigilance humaine, des relevés manuels : on s'inquiète déjà du manque de relève de ces passionnés-là, parce qu'ils font un travail de fourmis, inestimable », insiste une prévisionniste de Météo-France, basée à Aulnat.

Marie-Edwige Hebrard
marie-edwige.hebrard@centrefrance.com



La station dressée à l’aérodrome du Poyet a enregistré les valeurs les plus froides de son histoire


Le mercure est tombé à - 21° le 6 février., la station automatique du Poyet.

La Montagne a écrit:On l’annonce moins mordante à partir de ce milieu de semaine, mais la vague de froid, venue de Sibérie, a atteint des records, la semaine dernière, à Ambert.

Les températures enregistrées par la station automatique de Météo France, sur l'aérodrome d'Ambert, paraîtront peut-être bien en deçà de celles observées, localement, à Arlanc, Saint-Anthème ou à Saint-Pierre-la-Bourlhonne. La semaine passée, certains hameaux auraient enregistré jusqu'à - 28 °, au plus froid de la nuit. Mais déjà, les - 21° du dimanche 5 février, relevés à Ambert par les ingénieurs de Météo France font froid dans le dos…

Après une légère hésitation, l'ingénieur prévisionniste basé à Aulnat le confirme : « oui, ce sont bien des records de froid qui ont été battus, à Ambert ». La station automatique, installée, à 565 mètres d'altitude, tout près des pistes de décollage de l'aérodrome du Poyet a enregistré les températures les plus froides depuis son installation.
Record battu !

« Cela dit, il convient de préciser qu'elle n'est installée là que depuis 1994. Soit moins de 18 ans. Nous ne disposons pas d'une profondeur de données très importante », tempère rapidement l'ingénieur. Les plus âgés se souviennent de l'hiver 1956, extrêmement rigoureux, mais aussi de l'année 1985, sûrement tout aussi glaciale.

Cela n'enlève en rien le caractère exceptionnel des températures relevées la semaine dernière et jusqu'à ce week-end. Avant cet hiver, le dernier record de froid datait de 2005, avec -16,4° relevés par la station automatique. « Le plus surprenant, sûrement, est que cette valeur avait été enregistrée au printemps », précise le représentant de Météo France.

La dernière vague de froid que nous venons de connaître a quasiment renvoyé ces valeurs au rang de simples refroidissements hivernaux ! « Le 6 février, nous avons enregistré - 20,4°, - 19,1° le 7, - 19,7° le 9, - 17,1° le 12 et donc - 21°, le dimanche 6 février, à 6 h 23. En fait, toute la semaine, les températures relevées à Ambert n'ont fait que battre les records précédents… », souligne le représentant de Météo France.
Des relevés fiables

Au Poyet, les relevés sont effectués toutes les heures, tous les jours. « La station automatique est très fiable : il est certain que ces températures-là ont été enregistrées. Cela dit, il n'est pas impossible que des valeurs encore plus basses aient été observées à proximité ou non de la station. Il y a différents paramètres à prendre en ligne de compte. L'altitude en est un, déjà. Alors oui, il est tout à fait possible que des témoins qui prétendent avoir vu le mercure de leur thermomètre passer en dessous de - 25° soient dignes de foi », assure l'ingénieur de Météo France. Les températures ressenties par les organismes ont d'ailleurs pu être encore plus basses, sous l'effet du vent.

Étendue à 53 départements jusqu'à hier, la vigilance orange Grand froid, devrait être levée dans les heures qui viennent. Le « Moscou-Paris », nom que donnent les météorologues à ce puissant flux glacial, transportant de l'air sibérien, qui s'est engouffré en Europe depuis près de quinze jours, pourrait enfin tirer sa révérence.

En milieu de semaine, le mercure devrait repasser en mode positif. Mais attention, un flux de nord, humide, pourrait prendre la relève. « Cela va se traduire par de la pluie voire des chutes de neige qui pourront être importantes en plaine », prévient Météo France.

Marie-Edwige Hebrard
marie-edwige.hebrard@centrefrance.com

seon42
Admin

Nombre de messages : 4285
Localisation : Aveize (Rhône) - 570 m - X 0814937 Y 6511547
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum