Le Progrès - Il veille sur les barrages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Progrès - Il veille sur les barrages

Message  seon42 le Mer 23 Jan 2013 - 22:36

Le Progrès - Il veille sur les barrages et leurs 4 millions de m 3 de retenue d'eau

Publié le 22/01/2013 à 06:00


Le Progrès a écrit:
Portrait. Tous les jours de la semaine, depuis vingt et un an, Christian Rossillol veille sur les deux barrages de la Rive et de Soulage. Mouvements des digues, niveaux, pression de l’eau… il est à l’écoute des entrailles de ces immenses ouvrages d’art.

Formé sur le tas par son prédécesseur Maurice Guitonneau, ce père de famille de 54 ans explique qu’il travaille souvent au feeling et avec son sens de l’observation. « Par exemple, pour le réglage des vannes mécaniques de restitution, je le fais à l’oreille, j’écoute comment crie la vanne… »

Bonnet vissé sur la tête, l’air est frais du côté des barrages ces jours-ci. Il vérifie la hauteur d’eau grâce à une échelle graduée placée sur le mur du barrage. Il raconte : « quotidiennement, je dois mesurer la quantité d’eau qui rentre dans les barrages ceci grâce à deux stations de jaugeage situées au début de la retenue d’eau. »

A savoir que le barrage de la Rive est alimenté par les rivières le Ban et le Jarret et celui de Soulage par le Gier. Il poursuit : « Tous les jours aussi, je contrôle le niveau d’eau. En cette période de froid et de chutes de neige, il est préconisé de baisser le niveau d’un mètre pour relâcher un peu la pression sur les édifices. Et puis bien sûr, il y a une observation visuelle des murs, des vannes de vidange, d’alimentation et de pompage. Depuis 21 ans, je commence à bien connaître le sujet. »

Mais le coup d’œil ne suffit pas. Les barrages disposent de cellules piézoélectriques qui mesurent la pression de l’eau sur le mur et le rocher. Aujourd’hui, le gardien se prépare à vérifier le niveau d’infiltration des eaux en diverses parties du mur. Il plonge une cellule électrique, dans de nombreux drains, qui indique à qu’elle profondeur se trouve l’eau.

Le barrage de Soulage dispose de deux pendules qui permettent d’indiquer les variations de la digue en béton. « Ici aussi, le facteur humain est important. Lors d’une mesure, les données me semblaient « bizarres ». Un ordinateur aurait crié au secours. Après vérification, des oiseaux avaient niché dans le point de fixation du fil du pendule et ainsi faussé les données… Les relevés de piézométrie et du pendule se font deux fois par mois. »

Le garde barrage note scrupuleusement les données sur un registre. Ses relevés sont ensuite analysés par le cabinet Coyne et Bellier qui rédige un rapport annuel sur l’état des barrages. L’homme est aussi l’un des 39 correspondants de Météo France dans la Loire auquel il fournit des relevés de pluviométrie et des mesures de crues.

Près de sa maison qui surplombe le barrage de la Rive, il avoue aimer ce métier pour l’indépendance qu’il lui procure et les nombreux contacts avec la population qu’il peut avoir. Il se souvient même avoir été choisi comme figurant dans la série « Interpol », avec Corinne Touzet, dans des scènes tournées sur la retenue d’eau.

« Je suis aussi le premier maillon, par ma surveillance continue, de prévention d’un risque majeur comme une rupture totale ou partielle d’un barrage. » Il a d’ailleurs connu les premières alertes au barrage du Piney, dont tous les signaux étaient au rouge en 1996, et qui ont entraîné sa destruction.

« Il y a d’autres facettes moins réjouissantes dans ce métier, comme les personnes désespérées qui choisissent le barrage pour se donner la mort. Malheureusement, il y a au moins un cas par an. »

Le garde a aussi repêché nombre de vélos, cyclomoteurs et plus rare une grosse malle. Une fois ouverte, elle contenait des armes, des grenades et même un obus. Une belle frayeur pour Christian.

Il termine son inspection en expliquant : « L’été, il fait bon sur les rives des barrages, cela attire une nombreuse population qui en profite pour se baigner. C’est un gros souci car la baignade est interdite et elle crée des tensions avec les pêcheurs. Je crois savoir que les contrôles de la gendarmerie vont s’accentuer cet été pour tenter de résoudre le problème. »

En tout cas, pas de souci de ce côté-là aujourd’hui avec un thermomètre qui affiche des valeurs en dessous de zéro.

Alain Laffay

seon42
Admin

Nombre de messages : 4285
Localisation : Aveize (Rhône) - 570 m - X 0814937 Y 6511547
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum